Gurval Guiguen intervient sur le Palais du Commerce

Gurval Guiguen intervient sur le Plan de Déplacements Urbains 2019/2030
10 avril 2019
Antoine Cressard intervient sur la conception et la réalisation de passerelles et déplore la banalité de l’architecture et le manque d’accès P.M.R.
10 mai 2019
Afficher tout

Gurval Guiguen intervient sur le Palais du Commerce

7 GUIGUEN

Madame le maire

Chers collègues,

 

Nous avons tous appris par voie de presse le projet retenu pour la transformation du Palais du Commerce.

 

Cette annonce a suscité de nombreuses réactions. Elles sont légitimes. Nous tenons à exposer devant cette assemblée, au su et au vu de tous, nos réactions à cette annonce.

 

  • D’abord sur le projet architectural retenu

 

Le projet retenu comporte d’importantes modifications du bâtiment et des environs avec l’ajout, notamment, d’un escalier contemporain en façade et d’une extension elle aussi contemporaine sur la place côté rue du maréchal Joffre.

 

Sans porter de jugement péremptoire sur le projet, dont on comprend bien la volonté à la fois d’étendre la surface commerciale et d’établir une forme de symétrie avec les bâtiments de la rue de Nemours, nous nous interrogeons sur le parti pris très audacieux.

 

Le Palais du Commerce est un édifice auquel ses bâtisseurs, les célèbres architectes municipaux Jean-Baptiste Martenot et Emmanuel Le Ray, ont apporté un soin particulier. Plus qu’un témoin de cette période IIIème République, c’est un emblème de la ville dont nous particulièrement fiers.

 

Les ajouts contemporains s’intègrent-ils harmonieusement au bâti existant ? Le projet architectural retenu met-il pleinement en valeur cet édifice emblématique. Il est permis d’en douter. Nous en doutons. De grâce, épargnez le Palais du Commerce !

 

  • Sur le projet urbain

 

Après la question des formes urbaines, celle de la densité urbaine. Nous avons entre ce bâtiment et la rue du maréchal Joffre une place certes occupée par des bus mais arborée, qui apporte un peu d’aération, de fraîcheur et de verdure dans une ville ressentie comme trop minérale, « bétonnée » — c’est sans doute l’élément majeur qui ressort de la consultation Rennes 2030.

 

Que veut-on faire de cette place ? Y bâtir un gros bloc cubique tout noir, qui non seulement risque de jurer avec le Palais du Commerce, mais d’ombrager les alentours, d’accroître les phénomènes de canyons urbains observés l’été et de bétonner un peu plus un espace qui ne l’était pas encore dans une ville dont les habitants regrettent qu’elle le soit trop. Est-ce judicieux ? Il est permis d’en douter. Nous en doutons.

 

Il y a sur ce site du Palais du Commerce et de la place de la République un enjeu majeur de facilitation des flux et de lien entre le nord et le sud de la Vilaine. Repenser cet espace, où se pressent chaque jour 270 000 voyageurs, doit se faire en bon ordre, une fois les idées claires notamment sur la réorientation de notre réseau de bus.

 

  • Sur la destination du site, ensuite

 

Transformer le Palais du Commerce en centre commercial relève a minima d’une logique sémantique. Nous ne la contestons pas par principe, au contraire, la question s’est déjà posée ici, mais elle mérite d’être questionnée. Compte tenu de la nature du bâtiment, de son positionnement, de sa dimension symbolique, des propositions visiblement formulées par d’autres projets en compétition, comme par exemple l’implantation d’une antenne du Palais de Tokyo, le Palais du Commerce ne devrait-il pas également présenter une dimension culturelle ?

 

Vous avez affirmé que ce bâtiment était privé et que nous n’avions pas vraiment notre mot à dire. Nous nous étonnons de votre empressement à convoquer la presse puis à diffuser l’annonce du projet sur tous les supports de communication de la ville.

 

L’argument du privé n’est absolument pas recevable. Le Palais du Commerce appartient certes à LA POSTE IMMO qui est une filiale à 100 % d’une société de droit privé, LA POSTE SA, mais cette société est détenue et contrôlée par l’Etat et la Caisse des dépôts — ce palais, comme son propriétaire et comme l’actionnaire unique de ce propriétaire est bien évidemment public, la puissance publique y a 100 % du pouvoir décisionnel. Les collectivités territoriales que nous représentons ont évidemment plus que leur simple mot à dire sur le devenir de cet édifice dès lors qu’elles s’en préoccupent. Si vous aviez raisonné de la même manière s’agissant du Couvent des Jacobins, notre centre des congrès serait encore ce bâtiment de l’Armée un peu l’abandon où s’entraînent les escrimeurs.

 

  • Sur la méthode mise en œuvre, enfin

 

Cette décision a été prise par neuf personnes dans l’intimité d’un bureau. Elle a été annoncée au lendemain d’un conseil municipal où il n’en a pas été question. Aucune assemblée n’a été consultée sur la pertinence du projet retenu et, officiellement, nous n’avons même pas connaissance des différents projets qui étaient en lice.

 

A l’heure où le budget participatif permet à de nombreuses personnes de s’exprimer sur un grand nombre de micro-aménagements, décider de l’avenir d’un tel édifice, imposant, central, majestueux et emblématique de notre ville sans en débattre est-il bien sérieux ? Il est permis d’en douter. Nous en doutons. Ce palais comme le site de la place de la République sont stratégiques pour Rennes et la métropole.

 

Puisqu’aucun coup de pioche n’est semble-t-il prévu avant de longues années, il n’est pas encore trop tard pour analyser, consulter, proposer, débattre et décider du devenir du Palais du Commerce et de ses abords dans des conditions qui feraient honneur à Rennes et à sa devise.

 

Nous vous remercions

Bertrand Plouvier
Bertrand Plouvier
Secrétaire national de l’UMP et responsable du mouvement pour Rennes et Rennes Métropole, Bertrand est engagé en politique depuis près de vingt ans. Candidat aux municipales et cantonales en 2008, il entre alors au conseil municipal. En 2012, il conduit l’union de la droite et du centre aux législatives sur la 2e circonscription d’Ille-et-Vilaine. Depuis, Bertrand a été directeur de la campagne de Bruno Chavanat aux dernières municipales et préside notre groupe Alternance 2020. Il est agent général d’assurances de profession, installé dans le centre-ville de Rennes. Bertrand est marié et père de quatre enfants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *