Calendrier scolaires et évaluation des rythmes scolaires : la réaction d’Amélie Dhalluin

mairie et son horloge
Revivez le départ des élus du conseil Municipal en vidéo
26 mai 2016
Bertrand Plouvier
Charte de la vie nocturne : Bertrand Plouvier fait des propositions
27 juin 2016
Afficher tout

Calendrier scolaires et évaluation des rythmes scolaires : la réaction d’Amélie Dhalluin

6 DHALLUIN

 Conseil Municipal du 27 juin 2016

Délibération n° 9 : Enseignement – Formation – Activités éducatives périscolaires et extrascolaires – Convention d’objectifs et de financement CAF – Prestation de service accueil de loisirs sans hébergement – Aides spécifiques rythmes éducatifs

 

 

Intervention prévue d’Amélie Dhalluin
Conseillère Municipale de Rennes, membre du groupe Alternance 2020

 

 

 

 

Mme La Maire, chers collègues,

 

Alors que nous préparons la rentrée scolaire 2016, nous souhaitons revenir sur le déroulement de l’année en cours.

Nous sommes actuellement dans la dernière période scolaire qui réunit les vacances de printemps et les fameuses « grandes vacances ».

Les élèves Rennais, comme les autres élèves de la zone B, vont donc devoir travailler pendant 11 semaines consécutives avec certes une pause cette semaine pour le pont de l’ascension et un jour férié le 16 mai prochain.

Hors le code de l’éducation stipule que « L’année scolaire comporte trente-six semaines au moins réparties en cinq périodes de travail, de durée comparable, séparées par quatre périodes de vacance des classes. Le nouveau calendrier triennal s’efforce de proposer le meilleur équilibre possible entre périodes de travail et de repos pour les élèves. L’objectif est de se rapprocher le plus possible du rythme d’alternance sept semaines de classe/deux semaines de vacances considéré par les experts comme la meilleure manière d’équilibrer l’année scolaire. »

Alors comment en-est-on arrivé à cette période de 11 semaines ?

Par décision de Mme Vallaud-Bellkacem qui a répondu au lobby du tourisme de montagne militant pour avancer les vacances de printemps afin de remplir les stations de ski alors même que 8% seulement des Français partent au ski tous les 2 ans.

Mme la ministre de déclarer « C’est dire que l’établissement de ce calendrier ne peut négliger les intérêts légitimes des personnels, des familles et de la vie économique » mais pas des élèves.

En somme, un calendrier scolaire pour les professionnels du tourisme et non pour les élèves.

L’enjeu de l’établissement du calendrier scolaire n’est pas de choisir les bonnes périodes de vacances mais d’organiser le rythme des élèves afin de leur permettre de mieux apprendre.

Force est de constater que l’intérêt de l’élève est bien mal mené par la ministre que vous soutenez en tant que parlementaire alors que différents rapports rédigés par les inspecteurs de l’éducation nationale ou les parents d’élèves alertent sur la fatigue des élèves suite à la mise en œuvre des nouveaux rythmes scolaires.

J’en veux pour preuve le rapport les 3 rapports révélés les 3 et 10 juin derniers.

Celui de Madame Mégard de l’inspection générale qui confirme la fatigue des élèves et le. Je cite « un sentiment très partagé » de fatigue des élèves. « De très nombreux enseignants indiquent une fatigue accrue des élèves, en particulier en fin de semaine et surtout en fin de période ». On note également un déséquilibre entre les disciplines a bénéfice des matières fondamentales mathématiques et français en primaire. « On ne peut réfuter cette fatigue tant elle est souvent rapportée », dit le rapport. « Il est un fait que le constat de cette fatigue est vécu sur le terrain comme un signe d’échec de l’ambition de mieux penser le temps de l’enfant ».

Le rapport de G Fotinos qui démontre que cette réforme est toujours vécue négativement par les enseignants. Enfin le rapport Testu plus positif certes mais qui concerne une ville de taille moyenne.

Aucun résultat, en revanche, concernant l’effet de la réforme sur les résultats scolaires. Ces résultats ne seraient pas exploitables. Le bilan est bien maigre pour la première et la plus emblématique réforme de la refondation. Le ministère a diligenté auprès de la Depp, son service interne d’évaluation, plusieurs études sur le niveau scolaire des enfants avec des échantillons importants. Mais les résultats ne devraient être connus qu’en 2017…

Nous sommes nous toujours dans l’attente de l’évaluation scientifique de ces nouveau rythmes et regrettons à nouveau que Rennes, bonne élève éducatrice, ne soit pas portée candidate pour y participer.

Une politique n’est crédible que si elle est mesurée. Nous ne pouvons que vous encourager à mesurer scientifiquement l’effet de ces modifications du rythme annuel et hebdomadaire pour les élèves Rennais.

Rien ne serait pire que de s’entêter sans évaluer l’effet sur l’apprentissage de nos enfants.

Amélie Dhalluin
Amélie Dhalluin
Amélie a rejoint l’équipe à l’occasion de la préparation du livre Osons Rennes, paru en octobre 2013. Médecin pédiatre, elle s’intéresse naturellement à tout ce qui touche à l’éducation et à la petite enfance. A l’occasion de ce début de mandat, elle est notamment intervenue sur la réforme des rythmes scolaires. Membres de l’UMP, Amélie est mariée et mère de trois enfants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *