Bertrand Plouvier intervient sur l’aménagement de la piste cyclable place de Bretagne

13 CRESSARD
Antoine Cressard intervient sur le Plan de revente – Ex-Eglise Saint-Laurent
27 juin 2018
Bertrand Plouvier
Bertrand Plouvier intervient sur la convention de concession de service public pour les salles de spectacles
27 juin 2018
Afficher tout

Bertrand Plouvier intervient sur l’aménagement de la piste cyclable place de Bretagne

Bertrand Plouvier

Madame la Maire,

Chers collègues,

 

Ces derniers jours, les cyclistes rennais ont eu une « fausse joie » !

Avec plusieurs semaines de retard, après plusieurs mois de travaux, début juin, ils ont cru qu’ils allaient enfin pouvoir emprunter la nouvelle piste cyclable bidirectionnelle aménagée place de Bretagne.

 

Cette même place est en effet un point noir. De manière répétitive, elle subit, presque tous les deux ans, depuis 15 années, des travaux de réaménagement.

 

Cette place est un point noir pour les cyclistes ;

Un point noir pour les automobilistes ;

Un point noir pour les piétons ;

Un point noir pour les riverains ;

 

 

Et enfin, un point noir pour les commerçants. Et plus particulièrement pour les nombreux restaurateurs qui y exercent…

 

Alors, cette fois-ci devait être la bonne ! Nous y croyions pourtant tous ! Après plusieurs mois de chantier, des travaux estimés à 750 000€, la nouvelle place de Bretagne devait enfin trouver sa configuration définitive.

 

Le 11 septembre dernier, c’est pour cette raison que nous avions voté favorablement pour ce projet.

 

A cette occasion, nous vous avions rappelé le retard déjà pris par votre équipe et celles de vos prédécesseurs en matière d’aménagements sécurisés pour la pratique et l’usage du vélo.

Un manque d’aménagements sécurisés qui explique immanquablement la faible part modale du vélo à Rennes et sa métropole.

 

Rappelons que celle-ci ne dépasse pas les 4,1% à l’échelle de la Métropole, 5% à l’échelle de Rennes et 7% à l’échelle du quartier centre.

 

5% ! C’est moitié moins que Strasbourg ou Bordeaux pour ne parler que de métropoles françaises.

Dans certaines villes d’Europe, et plus particulièrement dans le Nord, où le climat est certainement moins propice que la Bretagne pour la pratique du vélo, cette part modale est de 15, 20 voire 30% !

Mais, pour revenir à la place de Bretagne, les Rennais ont une nouvelle fois pu déceler votre manque de sérieux dans le suivi des aménagements de notre ville.

 

Déçus et surtout étonnés, ils ne peuvent toujours pas emprunter cette nouvelle piste cyclable.

 

Pourquoi ?

 

Parce que celle-ci est mangée au quart par les socles de granit pour protéger les feux tricolores !

 

Mais une question s’impose ! L’adjointe au maire chargée de la mobilité aurait-elle fait preuve de légèreté et d’amateurisme dans la gestion de cet aménagement ?

 

Pourquoi n’a-t-elle pas fait preuve de plus de vigilance lorsque les plans de ces nouvelles pistes cyclables lui ont été présentés ?

 

De plus, cette absence de bon sens de votre majorité municipale illustre que cet opération d’aménagement, comme beaucoup d’autres à Rennes ces temps-ci, s’est faite sans réelle concertation avec les riverains, commerçants, et même, associations de défense de l’usage du vélo.

 

Je reste persuadé que, si cet aménagement avait été co-construit dans la concertation avec les acteurs concernés, nous aurions pu éviter un tel gâchis.

 

Car, de nombreux Rennais doutent de votre sincérité concernant les incidences financières de ces erreurs !

 

Certes l’enveloppe financière de 750 000€ TTC sera respectée. Bien évidemment, puisque celle-ci a été surévaluée par rapport aux 2 marchés conclus avec Eiffage Route Ouest et ERS qui s’élèvent à 697 010€TTC pour être précis.

 

Même si vous prétendez qu’une étude préalable a été réalisée pour un montant de 53 000€. Les Rennais doutent, et ils ont raison, de votre argumentation…

 

Vous ne ferez croire à personne qu’une entreprise qui n’a commis aucune erreur ne refasse gratuitement un travail.

 

Et, en dehors de toute considération financière, ce chantier déjà bien en retard, sera livré avec davantage de retard.

 

Chaque jour qui passe, ce retard exaspère les riverains et les commerçants qui doivent subir les nombreuses nuisances et désagréments liés à des travaux qui durent trop.

 

Pour conclure, je tiens à rappeler que notre groupe, tout comme celui auquel nous appartenons à Rennes Métropole, restera vigilant à ce qu’une cohabitation harmonieuse persiste entre les différents modes de déplacements sur notre territoire, et plus particulièrement à Rennes.

 

Le futur PDU, en cours de rédaction, doit être le symbole d’une mobilité choisie par les habitants plutôt qu’une mobilité imposée par la Maire de Rennes et le Président de Rennes Métropole.

 

La mobilité imposée est celle d’une écologie punitive et décliniste.

 

La mobilité choisie, avec des collectivités qui œuvrent pour permettre aux citoyens d’accéder à une offre de mobilité la plus large possible, est celle une écologie progressiste et innovante.

 

 

Je tenais à vous faire part publiquement d’un problème récurrent qui m’a été signalé récemment.

 

Nous parlons de manière récurrente, que ce soit dans le cadre des débats autour du PLU ou du PDU, de la place de la nature en ville.

 

Je tiens à le rappeler, c’est depuis de nombreuses années une de nos préoccupations majeures.

Depuis peu de temps, c’est également devenue la vôtre. Les orientations générales du PADD de notre PLU en cours d’élaboration en attestent. C’est une avancée… Encore, faut-il que vos intentions soient suivies d’actes concrets… Nous y serons vigilants !

 

Alors pourquoi, les abords de la Vilaine, au niveau du quai Saint-Cyr, qui sont pourtant une sorte de poumon vert où les Rennais aiment de plus en plus  flâner, se transforment-ils au fil des jours en une véritable rue ou même en parking ?

 

Je vous rappelle, que dans le projet initial, cet espace devait être piéton ! Or, nous le regrettons, dans la réalité, il ne l’est pas…

 

D’ailleurs, il y a quelques jours, un enfant a manqué de se faire renverser par une voiture roulant à vive allure. La configuration des lieux en ligne droite le permet naturellement.

 

Qu’attendez-vous pour installer une borne escamotable ? Ou éventuellement la remettre en service si celle-ci existe déjà aujourd’hui ?

 

 

Je vous remercie.

 

 

Bertrand Plouvier
Bertrand Plouvier
Secrétaire national de l’UMP et responsable du mouvement pour Rennes et Rennes Métropole, Bertrand est engagé en politique depuis près de vingt ans. Candidat aux municipales et cantonales en 2008, il entre alors au conseil municipal. En 2012, il conduit l’union de la droite et du centre aux législatives sur la 2e circonscription d’Ille-et-Vilaine. Depuis, Bertrand a été directeur de la campagne de Bruno Chavanat aux dernières municipales et préside notre groupe Alternance 2020. Il est agent général d’assurances de profession, installé dans le centre-ville de Rennes. Bertrand est marié et père de quatre enfants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *