Aude BOUVET intervient sur le Territoire Zéro Chômeur de Longue Durée

Bertrand PLOUVIER intervient sur la sécurité
11 octobre 2018
Bertrand PLOUVIER intervient sur les travaux au Centre commercial de la Bellangerais
11 octobre 2018
Afficher tout

Aude BOUVET intervient sur le Territoire Zéro Chômeur de Longue Durée

2 BOUVET

Bonsoir,

Madame la maire, chers collègues,

Dans cette délibération, il nous est demandé d’approuver l’engagement de la ville de Rennes à candidater à la nouvelle expérimentation Territoires Zéro Chômeur de Longue Durée, au profit d’un des quartiers prioritaires de Rennes.

Je me permets de citer quelques paragraphes issus du site tzcld.fr :

« Cette expérimentation se fonde sur trois constats qui permettent de penser qu’il est humainement et économiquement tout à fait possible de supprimer le chômage de longue durée à l’échelle des territoires :

  • Personne n’est inemployable : Toutes celles et tous ceux qui sont durablement privés d’emploi ont des savoir-faire et des compétences qu’ils développent, à condition que le travail et l’emploi soient adaptés à chacun.
  • Ce n’est pas le travail qui manque : C’est l’emploi, puisque de nombreux besoins de la société ne sont pas satisfaits.
  • Ce n’est pas l’argent qui manque : Puisque chaque année le chômage de longue durée entraîne de nombreuses dépenses et manques à gagner que la collectivité prend à sa charge. »

Concrètement, comment ça marche ?

L’idée est de rediriger les budgets publics issus des coûts de la privation d’emploi (indemnités chômage, RSA, CMU, mais également le manque à gagner en impôts et cotisations sociales et tous les coûts induits) pour financer les emplois manquants en assurant de bonnes conditions de travail.

A date, en France, 10 communes expérimentent le dispositif, dont une en Ille-et-Vilaine : Pipriac. Au dernier comptage, à fin aout, 600 personnes avaient été embauchées, dont 60 à Pipriac. Pipriac annonce une centaine d’embauches pour fin 2018.

Nous soutenons cette initiative car elle est bâtie sur 2 piliers qui nous sont chers :

1) tout d’abord, la démarche d’expérimentation : ne jamais baisser les bras, essayer de nouvelles choses, tester, évaluer et faire évoluer si nécessaire,

2) ensuite, l’ambition d’insertion par le travail : avec l’idée que reprendre pied professionnellement permet aux personnes de retrouver confiance et dignité

Pour toutes ces raisons, nous sommes donc heureux que Rennes se porte volontaire pour entrer dans l’expérimentation.

L’opération semble avoir été un succès dans les 10 premiers territoires, mais les acteurs mobilisés citent tous 2 facteurs clefs de succès qui sont 2 conditions que Rennes devra satisfaire pour que l’initiative réussisse chez nous également : 1) l’échelle humaine (vous semblez l’avoir appréhendé en indiquant que le dispositif concernerait 1 ou des quartiers prioritaires de la ville) et la mobilisation collective. Avec une difficulté souvent citée : le besoin d’organisation pour dépasser le premier seuil de 50 salariés et tenir dans la durée.

Avec ces écueils en tête, nous souhaitons chaleureusement que Rennes puisse entrer dans l’expérimentation dès que possible et nous serons disponibles et engagés pour aider à la réussite de ce beau projet.

 

Bertrand Plouvier
Bertrand Plouvier
Secrétaire national de l’UMP et responsable du mouvement pour Rennes et Rennes Métropole, Bertrand est engagé en politique depuis près de vingt ans. Candidat aux municipales et cantonales en 2008, il entre alors au conseil municipal. En 2012, il conduit l’union de la droite et du centre aux législatives sur la 2e circonscription d’Ille-et-Vilaine. Depuis, Bertrand a été directeur de la campagne de Bruno Chavanat aux dernières municipales et préside notre groupe Alternance 2020. Il est agent général d’assurances de profession, installé dans le centre-ville de Rennes. Bertrand est marié et père de quatre enfants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *