Antoine Cressard intervient sur le P.L.U et ses conséquences globales

Aude BOUVET intervient sur la Commission Locale d’Evaluation des Charges Transférées (CLECT)
11 octobre 2018
Bertrand Plouvier intervient sur la réhabilitation du Palais Saint-Georges et sur la Maison de la Citoyenneté et de la Tranquilité Publique
10 décembre 2018
Afficher tout

Antoine Cressard intervient sur le P.L.U et ses conséquences globales

13 CRESSARD

Madame La Maire, chers collègues

Le processus de révision du Plan Local d’Urbanisme de Rennes, actuellement en cours et prévu pour 2019 arrive bientôt à son terme. Comme je l’ai déjà dit, il ne s’agit nullement d’un débat mineur, car ce PLU, redessinera le futur de notre ville et de notre agglomération pour des décennies.

L’objectif est de modérer la consommation d’espace pour lutter contre l’étalement urbain de notre ville.

Pour rappel, en quinze ans, la population de l’aire urbaine de Rennes a augmenté de plus de 130 000 personnes et, Rennes Métropole a connu entre 2007 et 2012 la deuxième plus forte croissance démographique des métropoles de plus de 250 000 habitants. Cette évolution est appelée à se poursuivre dans les années à venir, d’autant plus que l’ouverture de la LGV pourrait rendre notre métropole, encore plus attirante et compétitive à terme.

Nous allons devoir répondre à cette croissance démographique : d’abord, en accueillant de nouveaux rennais, qu’il va falloir loger dans un cadre de vie qui corresponde à leurs attentes, et ensuite, en accueillant les entreprises dans lesquelles ils travailleront. Le défi est important car, demain c’est près d’un emploi breton sur quatre qui sera localisé sur le territoire de Rennes Métropole.

Nous devons pour cela, prioriser quatre axes qui font globalement consensus : l’affirmation d’une qualité urbaine et patrimoniale ; le renforcement du rayonnement économique et universitaire ; la nécessité d’une ville plus verte ; la facilitation d’une mobilité innovante.

Cependant, il y a une distinction entre les grands principes et la mise en pratique sur le terrain.
On a pu le constater lors de la concertation préalable au nouveau PLU, qui a fait apparaître de nombreux problèmes récurrents.

La révision du PLU a été l’occasion de débats, d’exposition aux Champs Libres de visites dans les quartiers, dans le cadre de Rennes 2030 et de la Fabrique citoyenne mais, avec plus ou moins de succès, nous avons déjà eu l’occasion de le dire.
Le bilan de la concertation semble bien faire apparaitre une volonté unanime, de la part des habitants : l’attachement fort, au principe de préservation du patrimoine historique et de la nature en ville.

Ainsi, on a vu apparaître de nombreux collectifs d’habitants ou d’associations qui se sont
constitués avec comme point commun, des revendications et des questionnements analogues autour des nouvelles formes urbaines, de la généralisation de la densification urbaine et de la disparition de trop nombreux éléments patrimoniaux bâtis historiques, industriels ou végétaux comme des arbres remarquables, des jardins ou autres espaces verts.
Ainsi, parmi d’autres, des habitants du quartier Belleville-Francisco Ferrer s’inquiètent de la modification du PLU qui entrainerait la destruction de leur zone pavillonnaire avec maisons et jardins pour faire place à un ensemble immobilier de six étages.

Cependant, les rennais sont conscients de la nécessité de faire évoluer le bâti existant de la ville. Mais, je le répète les objectifs du PLU doivent tenir compte de l’histoire urbanistique des quartiers centraux et périphériques rennais.

Ces objectifs doivent aussi éviter une standardisation des logements et un urbanisme déconnecté des spécificités locales, ce qui n’exclut pas les innovations architecturales comme la future tour « signal » prévue près de la gare.

Vous communiquez beaucoup sur le fait que, vous avez tenu compte des attentes fortes des Rennais, qui souhaitent davantage de nature en ville et la préservation du patrimoine.

Pourtant, l’annonce de certains projets suscite une totale incompréhension. Ainsi, le projet de l’immeuble Jules Ferry, rue Jean Guéhenno, évoqué ce soir par le public est emblématique de ce double langage. Avec ce projet, on retombe dans un certain nombre de travers que vous prétendez éviter : la densification systématique des terrains non bâtis, des « dents creuses » du centre ville et des quartiers, comme on l’avait connu avec le parc du Château la Folie Guillemot, avenue du Général Leclerc qui fut entièrement loti avec une densité sans précédent.

Dans le cas de l’immeuble Ferry, cette densification se doublerait d’une hauteur exceptionnelle de plus de 26 mètres soit R+7 alors que les immeubles de logements avoisinants ne dépassent guère le R+2. On sait que vous profitez de l’émergence des stations de métro pour accentuer les densités urbaines mais ce projet ignore clairement son environnement urbain et, la proximité de l’imposant bâtiment de la faculté de droit, qui a sa propre logique fonctionnelle, n’autorise pas tout.

En soit, ce nouveau projet architectural a des qualités indéniables mais avec un tel gabarit il n’est pas à sa place dans ce secteur.
C’est pourquoi, la demande des riverains de le ramener à des proportions plus raisonnables se justifie totalement.

Madame la Maire, vous qui expliquez doctement au gouvernement qu’il doit entendre les français et les gilets jaunes, balayez devant votre porte et n’écoutez pas seulement les rennais, entendez les !

Bertrand Plouvier
Bertrand Plouvier
Secrétaire national de l’UMP et responsable du mouvement pour Rennes et Rennes Métropole, Bertrand est engagé en politique depuis près de vingt ans. Candidat aux municipales et cantonales en 2008, il entre alors au conseil municipal. En 2012, il conduit l’union de la droite et du centre aux législatives sur la 2e circonscription d’Ille-et-Vilaine. Depuis, Bertrand a été directeur de la campagne de Bruno Chavanat aux dernières municipales et préside notre groupe Alternance 2020. Il est agent général d’assurances de profession, installé dans le centre-ville de Rennes. Bertrand est marié et père de quatre enfants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *