Amélie Dhalluin regrette que le Plan éducatif local ne soit pas assez ambitieux

13 CRESSARD
Antoine Cressard s’inquiète d’une pollution des sols du batiment Pasteur
8 décembre 2016
4 ROLANDIN
Catherine Rolandin interpelle la maire sur les risques de l’usage du numérique pour les plus jeunes
9 décembre 2016
Afficher tout

Amélie Dhalluin regrette que le Plan éducatif local ne soit pas assez ambitieux

6 DHALLUIN

Conseil Municipal du 5 décembre 2016

2. Enseignement, formation – Projet Educatif Local
Intervention d’Amélie Dhalluin
Conseillère municipale

Madame la maire, chers collègues,

Il nous est proposé aujourd’hui de prendre acte du nouveau Plan Educatif Local de la ville de Rennes.

Il s’agit d’une nouvelle révision qui fixe les objectifs éducatifs de la ville de Rennes pour la période 2016/2020. C’est un beau travail qui a des objectifs ambitieux.

Permettez-moi de revenir sur la présentation de ce plan éducatif en 2013. Il était écrit : « La VdR développe depuis des décennies  une politique éducatrice globale ambitieuse et volontariste. Elle s’est engagée à faire de l’éducation un moteur de son développement, un moyen de répondre aux enjeux de la démocratie locale et un levier essentiel de lutte contre les inégalités. »

On y parlait évidemment de  « Territoire apprenant »… le verbiage n’a pas changé.

Ce plan se fixait déjà 3 objectifs :

  • Réaffirmer l’ambition démocratique et citoyenne de l’éducation
  • Relever le défi de l’égalité par l’équité et la justice
  • Assurer la cohérence de la pluralité des temps et des espaces éducatifs

Alors qu’est-ce qui a changé ? Au-delà des bonnes intentions quelle évaluation faisons-nous de ce plan 2013/2016 ?

Une seule chose a vraiment changé : la modification des rythmes scolaires dont personne ne peut affirmer qu’elle a permis de remplir ces 3 objectifs.

Oui il y a des activés périscolaires dont profitent en moyenne au quotidien 4 000 des 13 700 élèves des écoles publiques de Rennes. Mais non, et contrairement à la réponse de Mme Briéro lors du CM, nous ne savons pas si elles bénéficient en priorité aux enfants qui n’avaient pas d’activité extra-scolaire avant la réforme.

Une modification majeure mais pas d’évaluation de son efficacité notamment pour permettre au territoire d’être plus « apprenant » …

Après des heures de travail et de réunion avec l’ensemble des acteurs éducatifs nous voici avec une nouvelle version du PEL qui se fixe cette fois 6 objectifs :

  • la lutte contre les inégalités éducatives et le décrochage scolaire avec d’ailleurs la proposition de poursuivre le très controversé dispositif « Parler Bambin »
  • le vivre ensemble autour des principes de citoyenneté, de laïcité, de lutte contre les discriminations et pour l’égalité filles/garçons qui demande entre autres à ce que chaque acteur éducatif puisse incarner la République. Il y a du chemin à faire quand on entend les récits des parents concernant certaines personnes assurant les TAP
  • la parentalité qu’il nous faut valoriser, encourager et soutenir
  • le numérique dont il faut accompagner les usages, nous aurons l’occasion d’y revenir
  • l’ouverture culturelle et artistique
  • l’enjeu de la continuité éducative de la crèche jusqu’à l’université et de la complémentarité des politiques publiques rennaises.  Nous revoilà avec la crèche comme seul exemple de l’accueil des tous petits… le tout collectif en modèle mais pour un petit nombre.

 

Peu de différences entre le pan éducatif de 2013 et celui de 2016 en dehors de la modification des rythmes. Reprendre les mêmes idées en les développant. Proposer des actions au quotidien qui s’apparentent pour la plupart à de bonnes intentions. Et surtout aucune évaluation du changement majeur entre ces 2 périodes.

Dans votre introduction Madame la maire vous écrivez qu’il s’agit là de 6 ambitions pour bien grandir et devenir citoyen à Rennes…Je vous cite « éduquer ensemble pour vivre ensemble en intelligence ».

Mais admettez que ce plan éducatif de 2013 n’a pas permis d’endiguer la montée de la violence à l’école que nous connaissons depuis plusieurs mois. Quelle réponse concrète du nouveau plan ? Pourquoi ne pas affirmer que le vivre ensemble ne peut passer par la violence ?

Vous parlez « d’enseigner au-delà des savoirs indispensables, le goût de la curiosité, le sens de l’effort et l’esprit critique. »

C’est bien là notre principale différence concernant ce plan éducatif Rennais. Nulle part il n’est fait mention du premier objectif de l’école : le devoir d’instruction dont le besoin n’a jamais été aussi grand quand on voit le décrochage des élèves français. Dernier exemple en date : cette étude internationale qui place parmi l’ensemble des élèves européens les élèves français du CM1 en dernière position pour la mathématique et avant-dernière position pour les sciences.

Parce que disposer d’un vocabulaire riche, savoir lire et comprendre ce qu’on lit, développer un esprit logique, comprendre le monde dans lequel on vit est primordial pour pouvoir vivre ensemble, l’école de la République doit avant tout former nos enfants, leur donner les clés pour devenir des adultes savants et libres. Pourquoi ne pas placer l’instruction au centre de votre projet ? Pourquoi ne pas avoir comme ambition en lien avec l’éducation nationale de permettre de mieux former les élèves Rennais ?

De la même façon qu’il ne s’agit pas pour nous de penser que vous êtes seule responsable de ce décrochage, je n’imagine pas que vous répondiez comme la ministre de l’éducation nationale que ce décrochage est la faute de Nicolas Sarkozy. Grotesque.

Au-delà des intentions louables de ce nouveau plan éducatif, nous souhaitons donc connaître sa mise en œuvre, son calendrier et surtout sa méthode d’évaluation pour pouvoir sortir des belles intentions tout aussi louables soient-elles.

Je vous remercie

Amélie Dhalluin
Amélie Dhalluin
Amélie a rejoint l’équipe à l’occasion de la préparation du livre Osons Rennes, paru en octobre 2013. Médecin pédiatre, elle s’intéresse naturellement à tout ce qui touche à l’éducation et à la petite enfance. A l’occasion de ce début de mandat, elle est notamment intervenue sur la réforme des rythmes scolaires. Membres de l’UMP, Amélie est mariée et mère de trois enfants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *