Amélie DHALLUIN intervient sur la ZAC Baud-Chardonnet

Amélie DHALLUIN intervient su la revitalisation du Centre-Ville
23 septembre 2019
Gurval GUIGUEN intervient sur le partenariat Ville/Pinault Collection
21 octobre 2019
Afficher tout

Amélie DHALLUIN intervient sur la ZAC Baud-Chardonnet

6 DHALLUIN

Madame le maire, chers collègues,

Tout d’abord nous nous réjouissons de cette nouvelle étape dans la construction d’une école à Baud-Chardonnet et félicitons le lauréat de ce projet. Comme nous avons déjà eu l’occasion de vous le dire ici même en octobre 2018 nous ne comprenons cependant pas le délai entre l’arrivée des premiers habitants et l’ouverture des différentes infrastructures de ce quartier dont cette école.

Néanmoins, sur le plan urbanistique nous regrettons l’absence de vision globale de cette ZAC et son morcellement. La somme de projets qui peuvent parfois avoir chacun un intérêt architectural interroge sur le lien entre les différents ilots et le manque d’harmonisation architecturale d’un projet d’une telle ampleur.

Concernant cette ZAC Baud Chardonnet vous avez eu la chance extraordinaire, une chance rare dans une vie politique et que vous avez d’ailleurs eu plusieurs fois ces dernières années, la chance de partir d’une page quasi blanche, d’un terrain vague comme on l’aperçoit encore tant que les travaux ne sont pas terminés. Partir d’une page vierge pour créer de toute pièce un quartier, c’est une très grande responsabilité vis-à-vis des générations de Rennais qui vont suivre. Pensez-vous avoir créé dans ce quartier les conditions d’une vie heureuse dans les décennies à venir ? On ne peut que le souhaiter mais hélas il est permis d’en douter. Nous pensons en effet ce soir aux nombreux habitants de cette ZAC qui pour certains regrettent  déjà leur achat et nous rapportent des problèmes de promiscuité, de mauvaise insonorisation des bâtiments, de pannes à répétition, de manque de services et j’en passe.  Et tout cela dans ce qui est actuellement et pour encore quelques années il faut le reconnaitre ce qu’on pourrait appeler un immense terrain vague…

De plus, si ce projet d’école affiche quelques avancées environnementales, nous regrettons votre manque d’ambition pour cette ZAC en vous satisfaisant de normes environnementales datées qui ne correspondent plus aujourd’hui aux immeubles de grande hauteur.

A propos d’école et de ZAC permettez-moi de revenir sur la ZAC Haut Sancé et son école voisines de la future école de la ZAC Baud Chardonnet.

Lors de l’assemblée de quartier du 2 octobre dernier Mme Debroise vous avez annoncé quelques dizaines d’enfants supplémentaires pour une école Chateaugiron Landry qui est déjà surpeuplée et connaît de vraies difficultés pour accueillir et nourrir les nombreux nouveaux élèves de ce quartier en pleine extension et restructuration qui accueille de nouvelles familles. Déjà surpeuplée vous estimez à quelques dizaines d’élèves pour 750 nouveaux habitants l’apport des 500 logements. Dans une autre réunion publique sur ce même sujet il avait pourtant été annoncé 2.73 habitants par logement et donc plutôt 1365 habitants et donc beaucoup plus d’élèves…. Alors même que cette assemblée de quartier portait sur la présentation des premières constructions de cette ZAC – au grand regret des 200 participants qui espéraient là aussi une vision globale de votre part notamment les questions de mobilités, les infrastructures sportives alors que le gymnase fait l’état d’un appel d’offre pour sa démolition, la création d’ilots de chaleur , le manque de places parking pour les habitations et les commerces …. autant de questions mais toujours pas de réponse –  vous avez donc Mme Debroise vaguement abordé la possibilité d’une extension de l’école. Dans quel délai ? Faudra-t-il attendre  la livraison des 500 logements que vous imposez ?

Concernant les nouveaux projets abordés lors de cette assemblée de quartier notamment autour du stade Jean Coquelin et le secteur du Cozic, vous avez Mme Debroise, comme peut l’attester Mr Semeril également présent à cette réunion mais qui n’a jamais pris la parole ce qui a d’ailleurs été vécu comme une réelle provocation pour les habitants, vous avez donc Mme Debroise annoncé  qu’il y aurait pour ces nouveaux projets d’aménagement des concertations « comme d’habitude ». Quel culot ! C’est ignorer complètement cette situation de total blocage entre la municipalité et les habitants sur les sujets d’aménagement au Nord à l’Est mais aussi à l’Ouest et au Sud de Rennes.

Votre passage en force permanent, votre absence de prise en compte de l’avis des habitants sauf très rares exceptions ne sont pas une méthode pour construire et reconstruire sur elle- même notre ville.

Du mépris ne nait jamais la concertation. Et cette situation de blocage nous inquiète vraiment pour notre démocratie et pour notre ville.

En cette période agitée, nous vous demandons d’arrêter. Arrêtez votre pseudo concertation qui attise la frustration et les déceptions des Rennais. Arrêtez de lancer de nouveaux projets que vous ne pourrez pas porter. Arrêtez ce passage en force systématique, et nous nous intéresserons d’ailleurs particulièrement aux  PC qui seront déposés à la hâte cet hiver.

Cette pause dans ce rythme effréné de l’urbanisation rennaise permettrait peut-être de retrouver un  climat de débat apaisé sur cette question majeure à laquelle devront répondre les Rennais : Quelle ville voulons-nous pour demain ?

Je vous remercie

 

Bertrand Plouvier
Bertrand Plouvier
Secrétaire national de l’UMP et responsable du mouvement pour Rennes et Rennes Métropole, Bertrand est engagé en politique depuis près de vingt ans. Candidat aux municipales et cantonales en 2008, il entre alors au conseil municipal. En 2012, il conduit l’union de la droite et du centre aux législatives sur la 2e circonscription d’Ille-et-Vilaine. Depuis, Bertrand a été directeur de la campagne de Bruno Chavanat aux dernières municipales et préside notre groupe Alternance 2020. Il est agent général d’assurances de profession, installé dans le centre-ville de Rennes. Bertrand est marié et père de quatre enfants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *