Amélie Dhalluin intervient sur la reconversion du site de l’Hôtel Dieu

Bertrand Plouvier
Bertrand Plouvier intervient sur une série de faits divers dont la gravité a heurté de nombreux Rennais
10 avril 2018
13 CRESSARD
Antoine Cressard intervient sur l’extension du périmètre de stationnement payant sur 4 quartiers
10 avril 2018
Afficher tout

Amélie Dhalluin intervient sur la reconversion du site de l’Hôtel Dieu

6 DHALLUIN

Mme La Maire, chers collègues,

 

Ce projet de reconversion de l’HD est majeur compte-tenu de sa localisation centrale, de sa taille immense et surtout de son histoire pour Rennes et les Rennais.

On ne peut rater une telle reconversion. C’est un projet majeur qui engage Rennes pour des décennies.

  • C’est un lieu majeur sur le plan de la mémoire de Rennes pour de nombreux rennais soignés dans cet Hôtel Dieu. Combien de patients y ont été soignés depuis sa construction au XIXè siècle ? Combien d’enfants sont nés dans ce lieu ? Combien de femmes y ont connu d’heureux ou parfois tristes évènements ?l ne s’agit pas juste d’un bâtiment à vocation patrimoniale ni même d’un ancien hôpital. Il s’agit d’un lieu emblématique qui a marqué toutes ou presque familles rennaises. Il n’y a qu’à entendre les remarques des uns et des autres lors des visites pour comprendre à quel point les Rennais sont attachés à leur HD.
  • C’est un enjeu urbanistique majeur pour étirer le centre-ville dans l’axe Nord-Sud et permettre l’accès aux prairies Saint-Martin, desservi principalement par la station Sainte-Anne.
  • C’est un enjeu pour conforter l’environnement de notre université, entre les campus de la fac d’économie et celui de la fac de droit et de science politique, des attracteurs d’étudiants majeurs mais dans des quartiers où les étudiants ne font que passer en fin de compte.
  • C’est enfin une parcelle immense qui aujourd’hui est un obstacle en ce sens qu’on ne traverse pas l’hôtel Dieu. La question de la mobilité à travers ce site est essentielle.

 

Lors du CM du 9 octobre, nous avons voté une délibération délimitant les contours de la concertation avec les habitants. C’est Linkcity qui est propriétaire de ce lieu et en assurera la reconversion, en lien avec la ville de Rennes.

Objectifs validés par le Conseil Municipal du 9 octobre sont multiples :

–           Élargir le centre-ville vers le nord et renforcer son attractivité,

–           Valoriser le patrimoine de l’Hôtel Dieu

–           Réaliser un quartier mixte, mêlant logements, activités, commerces et loisirs ;

–           Développer de nouveaux attracteurs

–           Produire une offre de logements diversifiée

Différents éléments attracteurs sont avancés : 350 logements + Hostellerie pour les city breakers + Restauration + loisirs urbains avec une salle de sport.

Alors quid de cette concertation entre le 9 octobre et début mars ?

  • Quelques concertations sur le registre en maire. Combien ? on ne peut que s’étonner que la fin de ce registre soit prévue ce 19 mars ce qui rend impossible pour le CM de se rendre compte de l’importance de cette contribution
  • Une adresse mail: pour inscription aux visites.
  • Une réunion publique le 7 novembre en présence de Mr Le Bougeant accueillant 130 personnes.
  • Une visite le 20 novembre pour les élus et représentants de conseil de quartier en l’absence des élus de la majorité réunissant une cinquantaine de personnes ravies de découvrir l’HD mais étonnées du peu d’aboutissement du projet. La réponse souvent apportée était « on ne sait pas ».
  • Une visite du site le 25 novembre matin surtout destinée à la presse dont la délibération ne précise pas si les observations des citoyens ont été prises ne compte.

Parmi les observations du public, on  note de nombreuses questions sur le devenir de la chapelle et le blockaus: salle de sport ? lieu de partage et de littérature ? précis… du blockhaus ?  On ne sait pas… pas de projet précis.

A noter des regrets (partagés par Linkcity et le service d’urbanisme de la ville de Rennes) sur le découpage des parcelles avec le projet du Cipriani compliquant la cohérence globale du projet de l’HD et  le maillage piéton et rendant impossible la traversée Est-Ouest.

Dans cette concertation vous évoquez en une ligne la place de la nature… Alors même que les camions ont pris place dans l’HD il faudrait donc s’inquiéter que rien ne soit décidé en matière de nature en ville ou alors si ce n’est pas le cas déplorer que ces décisions ne soient pas portées à notre connaissance collective.

On note aussi le souhait d’une redynamisation et d’une diversification des commerces et de nombreux riverains regrettent l’absence de commerces de bouche dans ce quartier alors qu’il s’apprête à accueillir de nouveaux habitants.

Enfin on ne peut que regretter que le cinéma d’art et d’essai voisin — l’Arvor – ne s’intègre pas dans cette rénovation plutôt que de déménager au sud de la gare ; il n’y aura plus aucun cinéma au nord de la Vilaine car tous se trouveront à proximité de la gare. Cette observation a été maintes fois reprise en réunion publique ou durant les visites mais n’apparaît pas dans votre présentation. Ce quartier Nord est décrit comme perdant sur le plan culturel. Un cinéma aurait été un attracteur majeur pour ce lieu.

 

En l’état, le projet est intéressant, mais on cherche quel sera l’attracteur majeur. Pourquoi ira-t-on demain à l’hôtel Dieu ? Quand on parlera de l’hôtel Dieu, que mettra-t-on spontanément en avant ? L’hostellerie ? Elle concernera surtout nos visiteurs. Le marché à manger (« food court » en bon français) ? Ça pourrait l’être, en effet, mais se donne-t-on les moyens de créer un véritable marché à manger permanent comme ce que l’on trouve dans d’autres villes en Europe ? Vous mentionnez l’installation de commerces dans le cadre du Plan de Centre-ville mais il est surtout question de restauration rapide ce qui est loin des fameux commerces de première nécessité destinés aux nouveaux habitants.

En matière de food court comme l’indique un article des Echos des Entreprises de novembre 2017 de nombreuses tentatives françaises se sont soldées par des échecs. Le fondateur de Gira Conseil estime quant à lui que le modèle food court ne convient pas à la mentalité française.

Pourquoi alors ne pas imaginer des « Halles gourmandes » avec écaillers, poissonniers, bouchers, maraichers ou fromagers plutôt que de favoriser encore la restauration rapide? Ce pourrait être un lieu de commerces de proximité pour les habitants du quartier, un lieu qui offrirait des produits de qualité mais également un lieu où l’on pourrait rencontrer les producteurs ou encore se retrouver pour partager l’un ou l’autre met.

En conclusion, d’après la concertation, il persiste de nombreux points d’interrogation. Soit c’est le cas et nous espérons que vous pourrez prendre en compte les remarques de habitants que nous venons d’exposer. Soit ce n’est pas le cas et alors c’est une concertation tronquée.

En l’état, on peine à définir l’attracteur majeur de ce projet et le simple fait d’avoir du mal à l’identifier clairement est quelque part un signal d’alerte.

Il nous est demandé de prendre acte de la concertation et de ses conclusions. Quelle portée politique ? Est-ce juste une obligation légale ? Quelle est l’action municipale possible alors même qu’il s’agit d ‘un projet privé ? Quel projet réel pour l’Hôtel-Dieu demain ? Comment faire le lien  avec le Couvent des Jacobins ?

Mme La Maire, pouvez-vous nous préciser quelles sont les futures étapes de réflexion autour de ce projet majeur.  On ne sait toujours pas quel sera l’équipement emblématique du lieu et l’impression générale est qu’on remplit ce lieu sans idée forte, sans fil conducteur.

Je vous remercie.

 

 

 

 

Bertrand Plouvier
Bertrand Plouvier
Secrétaire national de l’UMP et responsable du mouvement pour Rennes et Rennes Métropole, Bertrand est engagé en politique depuis près de vingt ans. Candidat aux municipales et cantonales en 2008, il entre alors au conseil municipal. En 2012, il conduit l’union de la droite et du centre aux législatives sur la 2e circonscription d’Ille-et-Vilaine. Depuis, Bertrand a été directeur de la campagne de Bruno Chavanat aux dernières municipales et préside notre groupe Alternance 2020. Il est agent général d’assurances de profession, installé dans le centre-ville de Rennes. Bertrand est marié et père de quatre enfants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *