Amélie DHALLUIN intervient sur l’accueil de la petite enfance

Gülin DE BERGEVIN présente un voeu pour une reprise rapide de la coopération avec la ville de Diyarbakir
3 juillet 2019
Antoine Cressard intervient sur la construction du Groupe Scolaire Europe-Rochester
23 septembre 2019
Afficher tout

Amélie DHALLUIN intervient sur l’accueil de la petite enfance

6 DHALLUIN

Madame la Maire, chers collègues,

 

A l’occasion de cette délibération nous souhaitions vous interroger sur votre politique de petite enfance.

Comme vous le savez c’est un sujet que je porte au nom du groupe depuis 5 ans avec 10 interventions sur ce sujet de la petite enfance.

C’est toujours un sujet majeur et un des derniers sujets qui soit essentiellement municipal et non métropolitain. Je vous avoue avoir relu l’ensemble de ces interventions et aurais pu ce soir vous en refaire la lecture tant le sujet a peu évolué sur ce mandat.

Même si sur certains sujets que nous portons avec le groupe Alternance 2020 vous avez pu progresser durant ce mandat, rien ou très peu en terme d’accueil de petite enfance.

Je ne ferai pas ce soir une intervention avec l’ensemble des chiffres de la petite enfance car cela n’a dans le passé pas porté ses fruits.

  • Alors même que notre ville grandit et accueille de nouveaux habitants et construit plus de 1500 nouveaux logements par an,
  • Alors même que de nouveaux quartiers sont construits ex nihilo avec tout au mieux des projets de crèches sans cesse reportés
  • Alors même que le nombre d’assistants maternels à Rennes ne cesse de diminuer
  • Alors même que la scolarisation des moins de 3 ans (2013 vs 2016) diminue également (nous en étions étonnés en 2017)

Vous êtes loin d’avoir rempli vos promesses faites en 2014 en terme de construction de places en crèche et de diversification du mode de garde.

Nous sommes bien loin des 200 nouvelles places promises sur le mandat. À peine 2/3 dont 1/3 seront ouvertes sur cette année 2019.

Nous sommes bien loin de la diversification du mode de garde et notamment de proposition innovante d’accueil semi-collectif type MAM. Ces structures ont pourtant un triple intérêt : Intérêt pour les enfants (petite collectivité, projet pédagogique, lieu spécifique à l’enfant) intérêt pour les parents (mode de garde collectif, horaires atypiques) et intérêt pour les assistantes maternelles (travail hors domicile, plus de disponibilité, travail en groupe avec projet pédagogique).

 

En 2017 vous disiez Mme Kruger « Nous ne sommes pas opposés à la création des MAM ».

Si vous n’êtes pas contre, vous n’êtes pas pour non plus. On est passé de 1 à 2 MAM à Rennes sur 6 ans contre 10 à Nantes, 12 à Bordeaux, 6 à Montpellier….Vous me direz que c’est la faute du conseil départemental mais ça tombe bien parce que un certain nombre d’entre vous y siégez et qu’il est possible de proposer un véritable accompagnement municipal comme nous l’avions montré dans  notre programme en 2014 à condition qu’il y ait la volonté.

Et la volonté vous ne l’avez pas puisque dans cette enceinte même en début de mandat Mme Médard m’avait répondu sur ces bancs qu’il s’agissait bien d’une volonté politique de la ville de prioriser les accueils en collectivité et de ne pas accompagner les initiatives privées même si elles présentent une réponse aux problèmes des Rennais.

 

Dans une ville où

– à peine 1/3 des demandes de places en crèche sont satisfaites

– ou une maman qui travaille à temps plein doit passer 75 appels pour trouver 3 assistantes maternelles disponibles à la rentrée dont une seule qui accepte de garder des enfants le mercredi,

– où une maman qui travaille se fait refuser une deuxième place pourtant disponible chez une assistante maternelle de la ville afin d’accueillir un enfant dont les parents ne travaillent pas ou ne sont pas en recherche d’emploi,

– où les structures d’accueil pour les parents  – et notamment les femmes seules – travaillant en horaires décalés sont peau de chagrin

– où la scolarisation des <3 ans est en recul entre 2013 et 2016 (807 vs 889)

Il est temps d’avoir une réelle volonté politique de favoriser l’accueil des plus petites et petits Rennais.

Alors oui, on peut tourner les chiffres dans tous les sens… Rennes n’est pas une ville amie des bébés dont les parents travaillent ou veulent se former ou cherchent un emploi.

À la fin de cette 10è intervention sur ce sujet qui nous est cher, j’ai le regret de ne pas avoir été plus écoutée dans ce conseil et j’ai surtout la ferme volonté de pouvoir demain faire évoluer ce sujet et faire de Rennes une ville amie des bébés.

« La solidarité pour les familles Mme La Maire, ce n’est pas d’offrir un nombre limité d’entre elles la crèche idéale. C’est au contraire de diversifier l’offre et d’innover pour qu’aucune famille ne se retrouve sans solution. »

Je vous remercie

 

Bertrand Plouvier
Bertrand Plouvier
Secrétaire national de l’UMP et responsable du mouvement pour Rennes et Rennes Métropole, Bertrand est engagé en politique depuis près de vingt ans. Candidat aux municipales et cantonales en 2008, il entre alors au conseil municipal. En 2012, il conduit l’union de la droite et du centre aux législatives sur la 2e circonscription d’Ille-et-Vilaine. Depuis, Bertrand a été directeur de la campagne de Bruno Chavanat aux dernières municipales et préside notre groupe Alternance 2020. Il est agent général d’assurances de profession, installé dans le centre-ville de Rennes. Bertrand est marié et père de quatre enfants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *