Antoine Cressard intervient sur le kiosque de la vilaine

Bertrand Plouvier intervient sur la sécurité et salubrité publiques
23 janvier 2019
Aude Bouvet intervient sur la mutualisation des services de la Ville de Rennes et de Rennes Métropole : bilan financier 2017 de la mutualisation
23 janvier 2019
Afficher tout

Antoine Cressard intervient sur le kiosque de la vilaine

13 CRESSARD

Madame La Maire, chers collègues,

Vous nous demandez d’approuver, ce soir, la réalisation des travaux, pour installer l’ouvrage des frères Bouroullec sur la Vilaine.

Ce n’est pas une délibération anodine, car la réalisation en question, à la fois sculpture et mobilier urbain, qui évoque en même temps un lustre et un kiosque, représente un investissement non négligeable de la part de notre collectivité (360 000 €). Cependant, le coût de l’acquisition de la création des deux designers, qui est estimé à environ 800 000 €, devrait être pris en charge intégralement par des mécènes. C’est à la fois une bonne nouvelle et une bonne démarche que d’établir un partenariat public privé pour ce projet. Nous avons, pour notre part, toujours soutenu le mécénat.

Ceci dit, la lecture de cette délibération m’amène à faire trois remarques supplémentaires :

En premier lieu, un constat : Ce projet, Madame La Maire, est d’abord le vôtre. Il ne résulte pas d’une consultation citoyenne ni d’un appel d’offres mais d’un souhait personnel, ce qui est d’ailleurs totalement votre droit. Mais ce choix, au-delà de sa dimension artistique, a clairement aussi une dimension politique. La notoriété des frères Bouroullec, la dimension monumentale de cet ensemble et son implantation en centre-ville doivent faire de l’installation de cet ouvrage en janvier 2020, un moment fort et marquant de votre mandat. Cela n’aura échappé à personne.

Ensuite une inquiétude : Cette création, de par sa structure complexe et originale, présente une certaine fragilité, renforcée par le fait qu’elle sera ouverte au public. Alors, comment s’assurer de sa pérennité ?

Il est intéressant, que les visiteurs puissent se l’approprier quelques temps : Il faut nous assurer que ce kiosque puisse être accessible à tous, sans être privatisé ou squatté par des groupes d’individus qui en interdiraient l’accès de fait, aux riverains ou aux visiteurs, ou pire dégradé par jeu ou rejet de l’ouvrage.

À Rennes les œuvres d’art  sont  souvent victimes d’actes de vandalisme : On se souvient de la tête de la fontaine de Coëtquen qui a été dérobée à plusieurs reprises, des baigneuses de la place de Bretagne qui ont été régulièrement dégradées, nécessitant à chaque fois des travaux de restauration. Plus récemment l’ours monumental qui trônait devant le Mabilay a été tellement endommagé qu’il a été retiré par son propriétaire et mécène. Enfin, en 2018 l’œuvre Krijn de Koning rue de l’Alma a été victime de tags dénonçant l’aménagement du secteur.

Alors comment comptez-vous préserver et sécuriser cette nouvelle installation artistique ?

Notre collectivité doit prendre des engagements dans ce sens, à la fois vis-à-vis des partenaires privés  et des contribuables rennais.

Enfin une dernière remarque qui est plus un regret : Nous comprenons le choix de l’implantation du kiosque sur la Vilaine entre la place de Bretagne et l’ilot de l’Octroi.

Il répond à une logique de mise en valeur de cette partie ouest du centre-ville en complément de l’immeuble Jean Nouvel et de la réhabilitation du Mail François Mitterrand.

Mais cependant, pourquoi tout concentrer dans le centre-ville, déjà bien servi artistiquement, au dépend des quartiers et de ses habitants ?

En 2005, vos prédécesseurs ont choisi d’implanter l’œuvre monumentale d’Aurélie Nemours dans le parc de Beauregard, donnant à ce nouveau quartier en plein aménagement un espace et une œuvre phare.

 Dans la même logique de valorisation des nouveaux quartiers, le kiosque aurait parfaitement trouvé sa place dans le secteur Baud Chardonnet le long de la Vilaine. Il aurait ainsi pleinement joué son rôle de phare lumineux du quartier dans ce secteur à vocation récréative.

Ceci dit, on ne peut que souhaiter que l’ouvrage des frères Bouroullec trouve sa place dans le paysage rennais, et qu’il participe à son niveau, au rayonnement de notre ville.

Je vous remercie.

 

 

Bertrand Plouvier
Bertrand Plouvier
Secrétaire national de l’UMP et responsable du mouvement pour Rennes et Rennes Métropole, Bertrand est engagé en politique depuis près de vingt ans. Candidat aux municipales et cantonales en 2008, il entre alors au conseil municipal. En 2012, il conduit l’union de la droite et du centre aux législatives sur la 2e circonscription d’Ille-et-Vilaine. Depuis, Bertrand a été directeur de la campagne de Bruno Chavanat aux dernières municipales et préside notre groupe Alternance 2020. Il est agent général d’assurances de profession, installé dans le centre-ville de Rennes. Bertrand est marié et père de quatre enfants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *