Bertrand Plouvier souhaite ses voeux aux Rennais et intervient sur les Gilets Jaunes ainsi que sur le Grand débat national

Bertrand Plouvier intervient sur la réhabilitation du Palais Saint-Georges et sur la Maison de la Citoyenneté et de la Tranquilité Publique
10 décembre 2018
Bertrand Plouvier intervient sur la sécurité et salubrité publiques
23 janvier 2019
Afficher tout

Bertrand Plouvier souhaite ses voeux aux Rennais et intervient sur les Gilets Jaunes ainsi que sur le Grand débat national

Bertrand Plouvier

 

En ce début d’année 2019, permettez-moi Madame la Maire, mes chers collègues, de prendre quelques instants de nos temps d’expression des groupes, pour m’adresser directement aux Rennaises et aux Rennais.

Je souhaite me tourner vers eux pour leur souhaiter une très bonne et très heureuse année 2019.

Une année intense, une année pleine de projets, de tendresse, de sourire, de partage, d’émotion, de prospérité, de solidarité, mais surtout d’espérance !

En effet, ces dernières semaines, en France, en Bretagne, mais également à Rennes, certains de nos concitoyens ont exprimé leurs souffrances face à ce qu’ils estiment être une forme de rupture économique.

Ces souffrances alors exprimées sont le synonyme d’une alerte sociale, latente, et directement adressée à la classe politique, dont nous sommes tous, au sein de ce Conseil, les représentants.

Ces souffrances ont reçu la mansuétude d’une majorité de Français, et, je n’en doute pas de Rennais également.

La compréhension de ces revendications légitimes, concernant en grande partie notre pouvoir d’achat, s’est dans un premier temps imposée.

Hélas, dans un second temps, certainement par manque d’organisation du dit mouvement des Gilets Jaunes, certainement par l’absence de leaders incontestables dans ce mouvement, mais également et parallèlement, par un manque certain de réponse de la classe politique dans son intégralité, à l’exception de condamnables professionnels de la récupération politique, l’effarement s’y est immiscé au fil de dérives inédites, indignes et bien évidemment condamnables !

Au fil des semaines, les revendications légitimes ont laissé place :

  • aux brutalités physiques à l’encontre des forces de l’ordre mais également des représentants des médias qui ne sont pas épargnés. Je profite de cette instant pour rendre hommage à nos forces de l’ordre. Je salue leur courage et leur professionnalisme dans leur mission de protection des biens et des personnes, malgré les violences, les blessures, les insultes, les agressions et les humiliations subies.

Au fil des semaines, les revendications légitimes ont laissé place :

  • à des dégradations matérielles : nul ne peut tolérer qu’un Ministère, que la permanence ou le domicile d’un parlementaire, peu importe son appartenance politique, ou que notre Hôtel de ville soient dégradés ou envahis ! De tels actes sont inadmissibles. Il s’agit de graves atteintes aux symboles de notre République et de ses représentants. Les auteurs de ces actes doivent être punis avec la plus grande fermeté !

Au fil des semaines, les revendications légitimes ont laissé place également :

  • aux insultes ;
  • aux comportements xénophobes ;
  • ou encore aux théories complotistes les plus folles !

Je le dis et le répète, les auteurs de ces faits, de ces actes, ou de ces propos, doivent être condmanés.

Ils ne sont nullement les représentants du Peuple et ils ne sauraient le représenter sans porter un mouvement politique structuré.

Comme je vous le disais en préambule, je souhaite que 2019 apporte de l’espérance pour nos concitoyens bien évidemment, mais également pour notre Etat et ses institutions.

Il est temps de remettre de la raison sur la place publique ! La grande concertation, le Grand Débat National, voulu par le Président de la République doit nous permettre de nous poser les bonnes questions sur notre avenir commun.

Certes, nous ne portons pas tous les mêmes espoirs en cette démarche. Un sondage Odoxa indique que 65% des Français estiment ce Grand Débat National inutile.

Mais la situation actuelle exige de ne fermer aucune porte, surtout lorsque celle-ci peut permettre à tous nos concitoyens de s’exprimer pour inventer avec eux une nouvelle forme de démocratie et fonctionner différemment dans nos décisions publiques .

Cette démarche peut mener à de nouvelles manières d’envisager l’avenir de notre pays, de notre État, de l’Union Européenne, de leurs institutions ou encore de nos collectivités territoriales et de leurs représentants.

Bien entendu, le résultat de cette démarche dépendra de la manière dont le Président de la République et son gouvernement entendent exploiter et traiter les différentes propositions émises par nos concitoyens.

J’émets le vœu que les élus locaux, que nous sommes, soient pleinement associés à la restitution, ou la synthèse, de ces débats.

N’oublions pas que nous sommes les premiers référents des citoyens dans la sphère de l’action publique. Comme le rappelait le Président de la République en Normandie mardi dernier : « Les élus locaux tiennent la République du quotidien ».

Il y a presque cinquante ans, dans des circonstances que certains –peut-être un tantinet nostalgiques- veulent a priori à tout prix répéter, le 16 mai 1968, le Premier Ministre, Georges Pompidou, s’exprimait et demandait aux Français, je le cite : « Écoutez la voix de la raison ! Nous sommes prêts à entendre toutes vos revendications légitimes. Ne les ruinez pas par des excès ! »

Oui, l’année 2019 peut, et doit, apporter aux Rennaises et aux Rennais de l’espoir pour les prochaines décennies.

Pour cela, je fais le vœu de transformer les colères exprimées par certains en solutions pour tous, et plus particulièrement pour les plus fragiles d’entre nous.

Le mouvement des Gilets Jaunes doit contribuer à la réflexion et à l’intérêt général. Une conclusion de ce mouvement en une grande dispute nationale serait une impasse, un échec inacceptable !

Je ne pense pas que nos concitoyens le souhaitent.

Il est grand temps que la raison l’emporte sur les excès et la violence.

Pour conclure, Madame la Maire,

Chers collègues du Conseil municipal de Rennes,

Rennaises et Rennais,

Au nom de mes collègues du groupe Alternance 2020, je forme le souhait que cette nouvelle année 2019 soit belle, qu’elle permette à chacun et à chacune d’entre vous de vivre ses rêves, de s’épanouir, de profiter pleinement de ceux qu’il aime et de pouvoir construire des projets et des ambitions qu’elles soient petites ou grandes.

Ensemble, grâce à la mobilisation des agents de nos administrations municipale et métropolitaine, grâce à l’esprit de créativité, de débat, de solidarité et de responsabilité des Rennaises et des Rennais, notre ville, aujourd’hui capitale de la Bretagne, poursuivra en 2019 et bien au-delà, sa mutation en métropole européenne !

Très belle et très bonne année 2019 à chacune et chacun d’entre vous !

Je vous remercie.

 

Bertrand Plouvier
Bertrand Plouvier
Secrétaire national de l’UMP et responsable du mouvement pour Rennes et Rennes Métropole, Bertrand est engagé en politique depuis près de vingt ans. Candidat aux municipales et cantonales en 2008, il entre alors au conseil municipal. En 2012, il conduit l’union de la droite et du centre aux législatives sur la 2e circonscription d’Ille-et-Vilaine. Depuis, Bertrand a été directeur de la campagne de Bruno Chavanat aux dernières municipales et préside notre groupe Alternance 2020. Il est agent général d’assurances de profession, installé dans le centre-ville de Rennes. Bertrand est marié et père de quatre enfants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *