Bertrand PLOUVIER intervient sur les travaux au Centre commercial de la Bellangerais

Aude BOUVET intervient sur le Territoire Zéro Chômeur de Longue Durée
11 octobre 2018
Aude BOUVET intervient sur la Commission Locale d’Evaluation des Charges Transférées (CLECT)
11 octobre 2018
Afficher tout

Bertrand PLOUVIER intervient sur les travaux au Centre commercial de la Bellangerais

Bertrand Plouvier

 

Madame la Maire,

Chers collègues,

Pour nos quartiers, le commerce de proximité, avec l’artisanat et les services, sont de remarquables pourvoyeurs d’emplois.

L’ambitieux maillage de centres commerciaux de quartier dont dispose aujourd’hui notre ville est une richesse auquel les Rennais sont attachés et auxquels nous devons tous être particulièrement attentifs.

En effet, ils contribuent fortement à structurer la vie de nos quartiers.

Ils participent à ce « vivre ensemble », à ce « vivre en intelligence » qui vous est si cher mais dont de nombreux Rennais regrettent que cette belle formule, ce beau slogan, ne coïncide plus avec la réalité ou leur vie quotidienne.

A de nombreuses reprises, la dernière fois en avril dernier, nous avons rappelé sur ces bancs votre manque de soutien quant à notre réseau de petits centres commerciaux parsemés ici et là, d’Est en Ouest, du Nord au Sud de notre ville.

Ils sont pourtant des éléments vitaux pour la vie de nombreux quartiers, le plus souvent dans nos quartiers dits « politique de la ville ».

Je le répète : « Pas de village vivant, sans commerce vivant ».

Or, depuis trop longtemps, les majorités socialistes qui se sont succédées à Rennes n’ont pas mené de politique volontariste pour redynamiser ces centres commerciaux construits il y a maintenant trente ou quarante ans.

Une nouvelle fois, hélas, mon analyse, certes, n’a pas sollicité de réponse directe de votre part en Conseil, Madame la Maire.

Mais, de manière bien plus indirecte, par ricochet, nous avons eu le plaisir de découvrir que vous n’avez pas été insensible à mes propos.

Il s’agit d’un dossier que vous connaissez particulièrement, Madame la Maire… Car, vous avez été interpellée précisément à deux reprises sur ce sujet particulier par les personnes concernées ! Bien évidemment, à ce jour, ils n’ont eu aucune réponse directe de votre part, ou même de l’adjointe du quartier concerné ! – Bonne gestion des relations citoyennes ! –

La réponse s’est faite d’une manière bien plus surprenante ! Les Rennais, plus particulièrement les habitants du quartier de la Bellangerais, ont pu découvrir dans le dernier numéro du magazine municipal Les Rennais, page 25, que le centre commercial allait être rénové.

Effectivement, c’est une bonne nouvelle !

Dans ce très bref article illustré par un visuel, nous lisons : « Dès cette rentrée, la ville va effectuer d’importants travaux au centre commercial de la Bellangerais. Les façades vont être rénovées et les espaces publics repensés. Des transformations attendues par les commerçants et habitants du quartier »

Une bonne nouvelle certes, mais qui cache en réalité un mensonge !

Je ne résiste pas à vous citer ce proverbe que vous connaissez peut-être :

« Le mensonge donne des fleurs mais pas de fruits. »

Un mensonge ! Car pour être précis, non, ce n’est pas la ville qui va effectuer d’importants travaux au centre commercial de la Bellangerais mais c’est la copropriété qui en est à l’initiative – dont certes, la ville de Rennes est propriétaire à hauteur de 18%, avec la Maison de quartier…-.

Ce sont les copropriétaires qui ont eux-mêmes, année après année, provisionnés les fonds nécessaires et entrepris la rénovation de ce qui est, permettez-moi l’expression, leur outil de travail.

Ces travaux sont un sacrifice pour ces commerçants ! Ces travaux représentent par exemple deux années de loyer pour une surface commerciale de 225 mètres carrés.

Dans ce dossier, vous avez brillé par votre absence… Vous avez fait preuve d’aucune volonté pour participer à la rénovation et à la sécurisation de ce centre commercial… Il en est certainement de même pour tous les autres centres commerciaux de quartier…

J’illustre mon propos. A chaque fois que nous vous demandons d’agir pour ces centres commerciaux, tel un disque rayé, vous n’avez que l’argument de nous expliquer que ceux-ci sont privés et que la ville, en l’état, n’a pas de compétence spécifique pour agir. Comme vous l’avez récemment dit concernant la pose de grillages Cours du Maréchal-Juin, nonobstant : « la ville n’a pas son mot à dire » -merci, au revoir ! –

Alors expliquez-nous, pourquoi  quand l’Assemblée générale de la copropriété du centre commercial de la Bellangerais vous propose de céder à la ville à l’euro symbolique l’ensemble de ses parties communes. Vous refusez !

Il est temps de changer de cap !

Face au sentiment de désolation des riverains, des clients, des artisans commerçants, regrettant unanimement votre inaction, il faut aller vite et fort pour redynamiser ces pôles de proximité !

Il est urgent de mettre en place un plan de soutien pour restructurer l’appareil commercial de nos quartiers, pour aider ces copropriétés !

De telles mesures ne seront pas sans conséquence sur nos équilibres budgétaires.

Cela coutera dans tous les cas de figures. Mais cela coutera beaucoup moins cher d’agir maintenant plutôt que de laisser trainer cette situation comme vous et vos prédécesseurs depuis une trentaine d’années.

 

Je vous remercie.

 

 

Bertrand Plouvier
Bertrand Plouvier
Secrétaire national de l’UMP et responsable du mouvement pour Rennes et Rennes Métropole, Bertrand est engagé en politique depuis près de vingt ans. Candidat aux municipales et cantonales en 2008, il entre alors au conseil municipal. En 2012, il conduit l’union de la droite et du centre aux législatives sur la 2e circonscription d’Ille-et-Vilaine. Depuis, Bertrand a été directeur de la campagne de Bruno Chavanat aux dernières municipales et préside notre groupe Alternance 2020. Il est agent général d’assurances de profession, installé dans le centre-ville de Rennes. Bertrand est marié et père de quatre enfants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *