Bertrand Plouvier intervient sur la propreté publique – les dépôts sauvages – les tags – affiches sauvages

Antoine Cressard intervient sur l’extension du périmètre de stationnement payant sur 4 quartiers
10 avril 2018
Chrystèle Jouffe-Rassouli intervient sur la participation de Bertrand Cantat au festival Mythos
10 avril 2018
Afficher tout

Bertrand Plouvier intervient sur la propreté publique – les dépôts sauvages – les tags – affiches sauvages

Madame la Maire,

Mes chers collègues,

Il y a presque deux ans, durant le conseil municipal du 27 juin 2016, notre groupe se faisait le porte-voix de nombreux Rennais déplorant la saleté, les dépôts sauvages, les tags, autocollants, ou autres affiches sauvages qui ornementent nos façades et mobiliers urbains.

Le 21 février dernier, Madame la Maire, vous avez soudainement découvert que notre ville n’est a priori pas un modèle de propreté publique et, je vous cite : «il faut faire de Rennes une ville plus propre ».

Il semble que vous avez découvert que la ville était sale au mois de septembre ! Depuis, en fait, que le Parti socialiste a été rayé de la carte lors des élections législatives de juin dernier.

Dès lors, ça a été l’illumination !

Voilà, que soudainement, vous ne cessez de parler de trois sujets sur lesquels nous intervenons fréquemment depuis le début du mandat : à savoir, la propreté, la sécurité et l’attractivité de la ville.

Et, je me félicité que vous ayez enfin pris la décision de convoquer la presse pour présenter aux Rennais votre plan d’actions propreté, dix jours après que vous ayez reçu notre texte d’expression politique pour le magazine municipal Les Rennais.

Cette expression de notre groupe politique traitait bien évidemment de la propreté de notre ville, vous demandant de mettre en œuvre un véritable choc de propreté !

Nous partageons apparemment le même constat et préconisons un certain nombre de solutions pour redonner un visage plus attrayant à certains secteurs de la ville.

Cependant, je m’étonne que vos propositions présentées le 21 février dernier ne se traduisent pas par des moyens qu’elles nécessitent dans notre budget primitif 2018, pourtant présenté le 29 janvier.

Car, page 102 de ce rapport budgétaire, la fiche « missions et programmes » de la propreté urbaine est on ne plus claire

Celle-ci indique, en 2018, « garantir au maximum un niveau de propreté équivalent à celui d’aujourd’hui ».

Seules nouveautés : « Il est prévu en 2018 une campagne de communication sur la propreté »… Voilà qui est fait !

Et : « intensification de la verbalisation sur l’affichage sauve ». La délibération sur laquelle nous sommes en train de débattre prend un certain nombre de dispositions. Elle modifie et remplace la délibération numéro 2005- 615 sur sa partie relative à l’affichage sauvage…

Nous regrettons que cette délibération n’indique pas plus précisément les moyens humains. Combien d’ETP seront affectés à la rédaction des procès-verbaux de constat qui seront ensuite transmis au Procureur de la république.

Aujourd’hui, les 111 agents de notre Service propreté de la Direction de la voirie ne chôment pas ! Avec leur haut niveau de professionnalisme, ils œuvrent quotidiennement sur le terrain avec les moyens dont ils disposent.

Pour conclure, je profite de cette délibération  mettant à jour les tarifs pris par l’arrêté de 2005 d’enlèvement d’office pour la suppression immédiate de l’enlèvement de l’affichage sauvage pour rappeler un certain nombre de pratiques, bien que courantes, surtout anti-démocratiques.

Je me permets de vous en dresser un bref aperçu.

Au moment de la campagne pour la primaire de la belle alliance populaire, je m’étais permis, Madame la Maire, de vous interpeler de manière privée au sujet du collage sauvage effectué par les équipes de Monsieur Montebourg.

En effet, ses équipes de campagne n’ont pas hésité à revêtir les nombreuses palissades de chantiers, murs ou piles de pont de notre ville de l’affiche de leur candidat.

Je me souviens que, ces élections passées, les affiches sont restées placardées et rien ne semblait témoigner d’une quelconque mesure prise par la Maire pour aller à son encontre.Alors, je vous le demande officiellement ce soir Madame la Maire, quelles mesures ont été prises par la ville de Rennes à l’encontre de Mr Montebourg, où à l’encontre du Parti Socialiste organisateur de la Primaire de la belle alliance populaire ? Quelle est le montant de la facture que vous leur avez certainement adressés? Ces dernières ont-elles été depuis acquittées ?

De même, lors des dernières élections présidentielles et  législatives, les affichages sauvages de nombreux candidats, principalement issus des partis extrémistes de gauche comme de droite : France Insoumise et Front National ont-ils été verbalisés ? si oui ? quel est le montant de la facture que vous leur avez certainement adressés ? Ces dernières ont-elles été depuis acquittées ?

Encore aujourd’hui, le collage sauvage est omniprésent dans notre ville !

Il n’est pas nécessaire d’aller bien loin pour regretter cette réappropriation agressive de l’espace public !

Espérons que la délibération que nous allons adopter ce soir change réellement les choses !

Nous regrettons que vous n’alliez pas plus loin dans les sanctions infligées aux contrevenants. Pourquoi ne pas réfléchir à une révision de la subvention de la ville allouée à une association qui s’adonnerait à une campagne d’affichage sauvage !

Enfin, bien évidemment, nous approuvons l’actualisation du nouveau mode de calcul des frais d’enlèvement.

La mise en œuvre de ce plan de lutte contre l’affichage sauvage, vous en conviendrez,  nécessitera davantage d’agents municipaux présents sur le terrain pour constater les faits et dresser les PV.

Pour cela, depuis plusieurs mois, depuis plusieurs années, je vous propose la création de brigade de lutte contre les incivilités. Une telle brigade aurait, entre autres, tout son rôle à jouer dans la mise en œuvre de la lutte contre l’affichage sauvage…

Madame la Maire, les Rennais espèrent tous que votre prise tardive en considération de l’état de propreté de notre ville ne se cantonne pas à une conférence de presse et à des annonces auxquelles nous commençons à nous lasser.

Les Rennais attendent du concret. Ils veulent des actes. Ils veulent pouvoir profiter d’un cadre de vie agréable et propre.

Nous espérons que vous rendrez des comptes aux Rennais, dans un an ou deux, grâce à la grille d’évaluation de l’AVPU, de l’évolution de la propreté de notre ville.

Je vous en remeciebertrand-plouvier

Bertrand Plouvier
Bertrand Plouvier
Secrétaire national de l’UMP et responsable du mouvement pour Rennes et Rennes Métropole, Bertrand est engagé en politique depuis près de vingt ans. Candidat aux municipales et cantonales en 2008, il entre alors au conseil municipal. En 2012, il conduit l’union de la droite et du centre aux législatives sur la 2e circonscription d’Ille-et-Vilaine. Depuis, Bertrand a été directeur de la campagne de Bruno Chavanat aux dernières municipales et préside notre groupe Alternance 2020. Il est agent général d’assurances de profession, installé dans le centre-ville de Rennes. Bertrand est marié et père de quatre enfants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *