Gurval Guiguen fait le bilan de la propreté à Rennes suite à l’annonce du « grand plan de propreté » par la Maire

OF 101017 BC et BP Videoprotection
L’extension de la vidéo protection fait débat lors du Conseil Municipal du 9 octobre
10 octobre 2017
OF 101017 BP Stationnement
Rennes continue la chasse à la voiture
11 octobre 2017
Afficher tout

Gurval Guiguen fait le bilan de la propreté à Rennes suite à l’annonce du « grand plan de propreté » par la Maire

7 GUIGUEN

 

Conseil Municipal du 9 octobre 2017

 

Intervention de Gurval GUIGUEN

Conseiller Municipal de Rennes, membre du groupe Alternance 2020

 

Temps des parole des groupes : Propreté en ville, un an après

 

Madame le maire,

Chers collègues,

 

Vous êtes interpellée, parfois de manière un peu vigoureuse, par des administrés qui déplorent la dégradation de la propreté de notre ville. Vous avez réagi par voie de presse en annonçant un « grand plan propreté » ainsi qu’une enquête afin de déterminer les priorités en la matière.

Madame le maire, nous nous en félicitons.

 

  • Nous nous en félicitons par ce que c’est un problème qui saute aux yeux de tous nos visiteurs et avec lequel les Rennais vivent au quotidien.

C’est un problème de société, qui est l’affaire de chacun, vous le répétez à l’occasion des rencontres de mi-mandat et vous avez raison de le souligner ; mais c’est aussi un problème particulièrement rennais.

Quand on parcourt les centres et les axes majeurs de villes comparables comme Nice, Angers, Tours, Orléans, Le Mans, Amiens (je cite mes visites récentes), la différence apparaît évidente en notre défaveur.

Ce sont pourtant des villes assez comparables par leur taille, plus de 100 000 habitants, leur rôle de centre urbain et leur sociologie avec des populations jeunes et y compris des quartiers en difficultés.

Il existe un facteur endogène rennais qui tient sans doute pour partie à notre sens des priorités politiques. Nous devons en avoir conscience pour mieux le corriger et nous espérons que c’est bien là votre état d’esprit.

 

  • Nous nous félicitons de votre annonce, Madame le maire, parce que cela conforte les efforts de tous ceux, à commencer par les agents municipaux, qui s’attellent à cette tâche parfois décourageante.

Vous avez beaucoup insisté ces derniers jours sur les soucis de collecte observés à Villejean. Il faudrait distinguer entre d’un côté les différents problèmes observés :

  • Une collecte mal assurée, c’est un dysfonctionnement technique qui appelle une réponse de gestion par l’opérateur.
  • Les dépôts sauvages et autres mictions, c’est un problème d’incivilité qui appelle la collectivité à repenser l’offre de collecte.
  • Les tags et autres autocollants militants qui persistent en ville relèvent eux, par contre, du vandalisme ; ils appellent une réponse politique volontariste parce que les résultats ne s’y obtiennent qu’à l’usure.

C’est sur ce dernier point que vous êtes davantage attendue par vos administrés : ni l’opérateur de collecte ni les services municipaux ne peuvent y répondre à votre place. C’est une question de volonté politique.

Les moyens supplémentaires humains, matériels et même d’externalisation, s’ils ont amélioré la situation par rapport au printemps 2016, sont encore insuffisants pour placer Rennes dans les meilleurs standards français de propreté (je ne sais pas s’il existe un classement de l’Express en la matière).

Êtes-vous prête à affecter les moyens nécessaires à l’accomplissement de cette mission municipale élémentaire ? Vos propos peuvent le laisser penser, nous vous encourageons à passer aux actes.

 

  • Enfin, nous nous félicitons de votre annonce d’un « grand plan propreté », Madame le maire, parce qu’elle n’avait rien d’évident.

Rappelez-vous :

  • Il y a plus d’un an, en juin 2016, nous vous avions interpellé sur les dégradations provoquées par les manifestations contre la loi El Khomri. Vous nous aviez indiqué procéder à un nettoyage de la ville pendant l’été.
  • En septembre 2016, les résultats n’étant pas au rendez-vous, nous vous avions adressé une série de questions — vous en aviez décompté 36 — qui dessinait en creux ce qu’aurait dû être un « grand plan propreté » dans notre ville.
  • Vous nous aviez répondu dans le magazine municipal (Les Rennais, octobre 2016), sur deux pages, en indiquant « ne pas croire aux mesures drastiques » et en dégainant sur deux pages les IOP, « indicateurs objectifs de propreté », de l’Association des villes pour la propreté urbaine, avec une conclusion sans appel : « Rennes fait partie des villes les moins sales de France » (sic). Fermez le ban.

Que s’est-il passé depuis ? Les indicateurs objectifs de propreté se sont-ils subitement dégradés ? Que va nous apprendre cette enquête que nous ne savons déjà ?

Nous avons attendu plus d’un an. L’état de nos rues est devenu à ce point préoccupant que le maire de Rennes est obligé de faire de la propreté, une mission municipale de base, élémentaire, l’une de ses trois orientations politiques majeures. Quel constat d’échec ! On est loin de Rennes 2030.

Madame le maire, nous ne serons pas chagrins, une prise de conscience, même tardive, est à saluer, aussi vous soutenons-nous sans réserve dans cette nouvelle orientation. Nous serons vigilants.

 

Je vous remercie.

Gurval Guiguen

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *