Amélie Dhalluin demande à la Maire la mise en place d’une consultation auprès des parents sur les rythmes scolaires

7 GUIGUEN
Gurval Guiguen s’inquiète des nouvelles orientations de la politique de l’emploi à Rennes
13 septembre 2017
13 CRESSARD
Antoine Cressard salue l’aménagement du Boulevard de Vitré et regrette la dénomination prévue pour la station de métro
15 septembre 2017
Afficher tout

Amélie Dhalluin demande à la Maire la mise en place d’une consultation auprès des parents sur les rythmes scolaires

6 DHALLUIN

 

 

Conseil Municipal du 11 septembre 2017

 

Intervention d’Amélie DHALLUIN

Conseillère Municipal de Rennes, membre du groupe Alternance 2020

 

Délibération n° 4 : Enseignement, formation – Activités éducatives périscolaires – Année scolaire 2016-2017 – Ateliers périscolaires – Subventions aux associations – Modifications d’une délibération antérieure – Versement du solde – Deuxième affection de crédits 2017

 

Madame la Maire, chers collègues,

C’est avec beaucoup de plaisir qu’au nom du groupe Alternance 2020 je souhaite à chaque élève rennais une bonne rentrée mais surtout une belle nouvelle année scolaire. Nous faisons évidemment le même souhait pour leurs parents, leurs professeurs et les différents professionnels qui ont préparé cette rentrée au sein de la Direction de l’éducation et de l’enfance de la ville de Rennes et ceux qui les accompagnent tout au long de l’année.

Sur le plan national cette rentrée est une petite révolution avec l’arrivée de Mr Blanquer au ministère de l’éducation nationale qui propose un vrai changement de paradigme tant sur les objectifs et les moyens de l’école que sur son organisation. « Notre but premier, c’est que chaque élève sache bien lire, écrire, compter, respecter autrui à l’école primaire. » Il semble qu’il ait également le souci de remettre le mérite au cœur de l’école de la République et de refuser l’égalitarisme à tout prix. Certains pédagogues crient déjà faussement au retour à l’école du passé. Force est de constater que nous sommes nombreux dans cette salle à être d’heureux d’avoir pu bénéficier de certaines de ces méthodes, cette école du passé.

Nous saluons le diagnostic et les propositions de Mr Blanquer conscients que tout n’a pu être mis en œuvre dès la première rentrée et espérons qu’il saura tenir ses engagements.

Parmi ces évolutions, une petite révolution : la possibilité lors de cette rentrée 2017 pour les collectivités de revenir à la semaine de 4 jours. « À partir de la rentrée 2017, l’organisation de la semaine scolaire sur 4 jours dans les écoles maternelles et élémentaires publiques est rendue possible par dérogation au cadre général de 4,5 jours. L’introduction de cette nouvelle dérogation donne davantage de souplesse aux acteurs locaux afin de répondre le mieux possible aux singularités de chaque contexte local, dans le souci constant de l’intérêt des élèves. Le décret visant à permettre cette nouvelle organisation a été publié le 29 juin au Bulletin officiel. »

Alors même que le temps pour se réorganiser était très court, ce sont déjà près d’1/3 des écoles sur le plan national mais également en Ille et Vilaine qui ont fait ce choix de revenir à la semaine de 4 jours. Il s’agit principalement de communes rurales ou de petites tailles qui ont su se réorganiser rapidement et qui justifient souvent ce retour aux 4 jours par la fatigue des élèves, le coût pour les collectivités et les difficultés de recrutement des intervenants assurant les activités périscolaires. Toutes ces dérogations ont étaient obtenues après concertation des équipes éducatives, de l’IEN et des collectivités.

De plus de nombreuses communes de taille comparable à Rennes ont indiqué que si ce temps très court entre ce décret et la rentrée ne leur permettait pas de faire évoluer leurs organisations dès cette année, elles souhaitent concerter les parents et les équipes éducatives, afin d’envisager le retour à 4 jours à la rentrée 2018. (Lyon, Marseille, Bordeaux, Strasbourg, Reims pour ne citer que quelques exemples). Évidemment Paris et Nantes ne semblent pas prendre cette option.

 

Venons-en à Rennes !

Après avoir été très bons élèves à la rentrée 2014, il semble que vous n’ayez pas l’intention de réévaluer les rythmes des élèves rennais en justifiant que cette organisation permettrait « de faciliter les apprentissages le matin » je vous site Mme Briéro et de permettre à de nombreux enfants de pratiquer des activités culturelles et sportives auxquelles ils n’avaient pas accès avant. Je ne reviendrai pas sur ce dernier point dont nous avons déjà beaucoup débattu dans cette enceinte puisque nous ne savons pas si les enfants qui profitent de ces activités sont en majorité les enfants qui ne pratiquaient par d’activités périscolaires avant la réforme.

Autre point de votre justification : Vous affirmez donc que les élèves apprennent mieux, sous-entendu à 4.5 jours qu’à 4 jours. À notre connaissance, il n’y a pas d’étude permettant de l’affirmer pour les élèves rennais. Je vous en prie, si cette étude existe, vous savez combien je serais ravie de la lire et d’en tirer les conclusions.

En ce qui concerne la fatigue des élèves rapportée par de nombreux parents et enseignants, toujours pas d’évaluation. Peut-être faites-vous vôtre la phrase qu’affectionne Mme Letourneux « Ce qui ne se mesure pas n’existe pas ». On ne mesure pas la fatigue donc elle n’existe pas. Où en est-on donc de l’évaluation des bénéfices pour les élèves de cette réforme ? Là encore s’il était prouvé que c’était un bienfait pour les élèves, nous en tirerions les conclusions. Mais permettez-nous d’en douter.

Même si nous reconnaissons les efforts de chacun pour mettre en place ces 4.5 jours et les difficultés d’organisation d’une nouvelle évolution des rythmes pour les écoles de la ville de Rennes, rien ne serait pire que de persister dans une décision politique prise pour des raisons politiques sans recul ni évaluation de ce qui a un tel impact sur la scolarité des élèves.

Mme la Maire, vous évoquiez récemment la petite révolution démocratique rennaise avec la mise en place de la fabrique citoyenne. Alors que tant d’autres villes s’apprêtent à le faire, comment imaginer que dans une « ville éducatrice », berceau de la fabrique citoyenne et qui vit une petite révolution démocratique, on n’interroge pas les parents et les enseignants sur le bienfondé de poursuivre la semaine de 4.5 jours ?

Nous vous proposons d’être plus ambitieuse et vous demandons de mettre une place une grande révolution démocratique c’est-à-dire permettre une grande et véritable consultation des parents et des équipes éducatives sur les effets pour les élèves de cette semaine à 4.5 jours et sur la possibilité de revenir aux 4 jours pour tout ou partie des écoles rennaises. Et grande révolution s’il en est, de vous engager à suivre les résultats de cette concertation pour ne pas vous retrouver dans la situation caduque du questionnaire sur l’organisation des parents envoyé en 2015. Faites confiance aux parents qui sont ceux qui connaissent le mieux leurs enfants.

Et pour terminer, avec ouverture d’esprit et collectivement fiers du label Rennes ville éducatrice, et alors que vous semblez recevoir les ministres de l’actuel gouvernement en cascade, nous pourrons inviter Mr le Ministre de l’Éducation nationale à la présentation des résultats de cette concertation, quels qu’ils soient.

 

Je vous remercie

 

Amélie Dhalluin
Amélie Dhalluin
Amélie a rejoint l’équipe à l’occasion de la préparation du livre Osons Rennes, paru en octobre 2013. Médecin pédiatre, elle s’intéresse naturellement à tout ce qui touche à l’éducation et à la petite enfance. A l’occasion de ce début de mandat, elle est notamment intervenue sur la réforme des rythmes scolaires. Membres de l’UMP, Amélie est mariée et mère de trois enfants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *