Gurval Guiguen interpelle la Mairie sur l’aménagement des abords de la station Jules Ferry

2 BOUVET
Aude Bouvet s’étonne du manque de lisibilité des comptes administratifs 2016
30 juin 2017
01.07.17 OF BP Simone Veil
Les élus rendent hommage à Simone Veil
3 juillet 2017
Afficher tout

Gurval Guiguen interpelle la Mairie sur l’aménagement des abords de la station Jules Ferry

7 GUIGUEN

 

 

Conseil Municipal du 26 juin 2017

 

 

Intervention de Gurval GUIGUEN

Conseiller Municipal de Rennes, membre du groupe Alternance 2020

 

 

Délibération n°33 : Aménagement et services urbains, environnement – Aménagement des espaces publics des abords de la future station métro Jules Ferry – Approbation de la convention de maîtrise d’ouvrages unique

 

Madame le maire,

Chers collègues,

 

Pour tout ce qui touche à nos différentes stations de métro et à leurs abords, il n’y a pas de modèle unique uniformément applicable aux différents sites. Chaque station est unique et doit répondre à des besoins propres ; c’est pourquoi nous devons nous interroger sur ses particularités pour forger notre opinion.

 

  • Première particularité : c’est un quartier résidentiel

Abstraction faite de la rue Jean Guéhenno et de la rue de Fougères, les abords de cette future station de métro, dans un rayon de 300 à 500 mètres, se caractérisent plutôt par de l’habitat pavillonnaire ; les collectifs y sont peu nombreux et de dimension modeste.

 

Les riverains immédiats de la station de métro, le long de l’avenue Jules Ferry, habitent d’ailleurs pour la quasi-totalité des pavillons individuels.

 

Cette structure de l’habitat confèrera à l’avenue Jules Ferry une ambiance sans doute comparable à celle de la rue du Bois Rondel, aujourd’hui principalement piétonne dans son usage.

 

On imagine donc des abords de la station de métro plutôt calmes en dehors des heures ouvrées.

 

Les riverains ont manifesté leur souhait de préserver ce calme propre à leur quartier ; ils ont émis des remarques sur le choix du mobilier urbain et sportif, sur son emplacement, sur l’éclairage du site, etc. Ces propositions n’ayant pas de caractère somptuaire — elles sont très simples et ne posent pas de problème dès lors que le projet n’est pas définitivement arrêté — il nous semble important que les habitants soient entendus.

 

Nous nous permettons à ce titre une remarque de méthode. Comme nous avons pu le constater à l’occasion de plusieurs projets d’aménagements dans la ville (Bourg-L’Evêque, Mottais, prairies Saint-Martin, école Saint-Michel, Sacré-Cœur…), les riverains expriment souvent leur colère de ne pas avoir été sollicités, associés, entendus ou tout simplement correctement informés sur ce qui les touche directement.

Je sais bien que l’on ne parle jamais des trains qui arrivent à l’heure et qu’il sera toujours impossible de satisfaire chacun.

Ces retours doivent néanmoins nous interpeller. Nous avons sans doute de grands progrès à faire pour passer d’une concertation vécue comme une mise devant le fait accompli, à une concertation qui permette de donner à tous les riverains a minima le sentiment d’avoir été correctement informés. C’est un objectif atteignable.

 

  • Deuxième particularité : c’est un quartier de passage

 

Aujourd’hui, l’axe rue de Fougères – rue Jean Guéhenno est l’une des principales voies d’accès au centre-ville et irrigue tout le cadran nord-est de Rennes. Dans les deux sens de circulation, c’est un axe majeur, aussi bien pour les automobilistes que pour les bus ou les cyclistes. C’est d’ailleurs, avec le boulevard de la Liberté, l’une des voies de circulation les plus polluées de Rennes compte tenu du trafic et des embouteillages.

 

Demain, le site permettra par le métro non seulement l’accès aux étudiants mais également à tous les promeneurs qui se dirigeront vers le parc des prairies Saint-Martin. Le flux devrait être important, d’autant plus que les lignes de bus qui empruntent actuellement cet axe (les lignes 1 et 9) seront vraisemblablement pour partie redéployées ailleurs.

 

Hormis les utilisateurs du métro, on peut s’interroger sur la place réservée aux cyclistes. Le projet prévoit la réduction de la voirie par le passage de trois à deux voies de circulation, sans pour autant intégrer de piste ni même de bande cyclable.

 

Quiconque a déjà parcouru cet axe à bicyclette sait à quel point il est inconfortable et dangereux. Quitte à réduire les voies de circulation, nous pourrions intégrer une bande cyclable, quitte à faire preuve d’imagination pour ses continuités. En tout cas, nous devons la prévoir sans quoi nous sommes certains de la repousser aux calendes grecques.

 

Nous aurons l’occasion de réaborder la question des déplacements à l’occasion du plan de déplacements urbains (PDU).

 

  • Troisième particularité : c’est un quartier étudiant

Dans ce même périmètre de 300 à 500 mètres, nous avons en effet :

  • la faculté de droit,
  • l’IGR,
  • le lycée Jean Macé,
  • les classes préparatoire du lycée Saint-Vincent,
  • l’école américaine,
  • l’IPAG,
  • et Sciences Po.

Sans compter les restaurants universitaires et les résidences étudiantes. Nous avons là plus de 10 000 étudiants ou lycéens autour de cette station de métro.

 

Autant dire qu’il y aura du passage et de l’affluence aux heures de pointes. Le vaste espace piéton permettra d’y faire face. En cas de trop plein, nous pourrons toujours imaginer un décalage des heures de cours, à l’image de ce qui avait été entrepris avec succès sur le campus de Villejean.

 

Mais surtout, cela signifie qu’avec cette station de métro placée au centre de ces établissements, nous avons là un site qui a demain vocation à devenir un cœur de campus.

 

Avoir un cœur de campus au milieu d’une zone résidentielle pavillonnaire, cela ne pose pas de problème, ça existe partout en Europe pour les plus anciennes universités disséminées au cœur des vieilles villes.

 

C’est l’occasion de bâtir un lieu vivant, dynamique, où l’on prendra du plaisir à passer. Un campus emblématique de Rennes, premier centre étudiant de la Bretagne. Cela supposera une concertation étroite avec les chefs d’établissements, les représentants étudiants, leurs associations et les résidents.

 

Vous l’avez compris, c’est pour nous le point essentiel de ce projet et les aménagements proposés nous paraissent aller dans ce sens. Nous sommes convaincus que dans quelques années, les habitants, les étudiants et les passants se seront pleinement appropriés la station de métro Jules Ferry.

 

Je vous remercie.

 

Gurval Guiguen

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *