Amélie Dhalluin réagit suite à la grève des agents vacataires

11 PELLE
Rapport sur le développement Durable : Yves Pelle demande plus d’indicateurs et moins de formules politiques
20 janvier 2016
Bertrand Plouvier
Bertrand Plouvier dresse le diagnostic du commerce au Mail François Mitterand
20 janvier 2016
Afficher tout

Amélie Dhalluin réagit suite à la grève des agents vacataires

6 DHALLUIN

Conseil Municipal du 18 janvier 2016

 Délibération n°52 : Administration générale – Personnel – Direction Éducation Enfance – Rémunération de certains agents vacataires

 

Intervention d’Amélie Dhalluin
Conseillère Municipale de Rennes, membre du groupe Alternance 2020

 

 

 

Madame la Maire, chers collègues,

 

En ce nouveau jour d’appel à la grève pour les agents vacataires de la DEE ce 18 janvier par le syndicat UNSA et à l’occasion de cette délibération, nous souhaitions poser la question de la titularisation de ces personnes.

Ce sont en effet 400 vacataires pour bientôt 80 titulaires qui assurent au quotidien l’animation périscolaire que vous avez mise en place en 2014.

Comment pérenniser cette organisation et la qualité de ces interventions quand on les confie principalement à des travailleurs précarisés par ces conditions de travail ? Qui choisirait de ne pas avoir de jours de congés ou de droit aux congés maladie de façon pérenne?

Comme vous le savez, les familles déplorent un important turn-over des agents vacataires au détriment souvent de la qualité des interventions auprès des enfants. Certains problèmes notamment de comportement ont d’ailleurs déjà été signalés dans des écoles même si heureusement cela reste peu fréquent. Je cite un parent d’élève « avant de les titulariser, il faudrait les former ! ». La formation ne pouvant être pérennisée que par la fidélisation des agents et donc bien souvent par leur titularisation.

Je ne vous dis pas que dans pareille situation nous aurions allègrement proposé de titulariser l’ensemble des agents vacataires intervenant dans les écoles. Les conditions économiques de la ville ne le permettraient pas. Mais nous ne nous serions pas retrouvés dans cette situation car avant de faire le choix idéologique et précipité de l’application des nouveaux rythmes, nous nous serions interrogés sur les conséquences de cette nouvelle organisation sur les élèves, leurs parents, les enseignants et les agents de la ville. Il ne nous aurait alors pas échappé que faire ce choix impliquait d’embaucher un grand nombre d’agents travaillant un petit nombre d’heures pour assurer les activités péri-scolaires et que pour assurer une qualité d’intervention auprès des enfants, il fallait envisager une juste répartition, en tous cas plus équilibrée, entre agents titulaires et vacataires.

Les conséquences de ce manque de considération et d’anticipation sont désastreuses pour les agents eux-mêmes et pour les familles.

J’imagine que vous savez que de nouveaux mouvement de grèves se profilent après les vacances d’hiver et ne peux qu’espérer que vous prendrez les mesures nécessaires pour les éviter afin de ne pas replonger les familles rennaises dans le désarroi dans lequel elles se sont retrouvées en octobre dernier.

Amélie Dhalluin
Amélie Dhalluin
Amélie a rejoint l’équipe à l’occasion de la préparation du livre Osons Rennes, paru en octobre 2013. Médecin pédiatre, elle s’intéresse naturellement à tout ce qui touche à l’éducation et à la petite enfance. A l’occasion de ce début de mandat, elle est notamment intervenue sur la réforme des rythmes scolaires. Membres de l’UMP, Amélie est mariée et mère de trois enfants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *